PHOTOGRAFFIES / La cour des miracles

PHOTOGRAFFIES / La cour des miracles

Garage Renault Cahors 14 juin au 15 août 2007

Exposition collective

Je témoigne ici de mon émotion devant ces traces éphémères inscrites dans la cour de récréation des jeunes enfants de l’école élémentaire de Luzech en cette fin décembre 2006.

la cour d’école

les enfants à genoux

la craie

le geste rapide sur le bitume horizontal

le jaillissement

signes d’enthousiasmes vécus en commun

puis la cour comme un grand tableau horizontal

à parcourir avec jubilation

chaque portion est un petit monde exprimé

signes de vie non encore formatés

on devine les cris et les rires qui dominent le crissement de la craie

une symphonie d’instants éphémères dont la trace

va disparaître à la première pluie

la seule joie de créer les dernières traces de l’innocence

Jean MAUREILLE

Photographies numériques contrecollées chacune sur support alu dibond.

L’ensemble des 12 images sont disposées sur un panneau pvc blanc.


Assemblages

ASSEMBLAGES

Galerie La Chantrerie / Cahors – 27 septembre au 31 octobre 1999

Quelque 600 personnes ont découvert dans cette exceptionnelle et imposante galerie patrimoniale mes sculptures-objets (52 « collures ») et mes sculptures-papier (51 « découpures »), témoignages de mes errances de hasard.

J’expose ici en compagnie des peintres et sculpteurs  Dominique Pujol et Louis Delage qui s’harmonisent « avec évidemment l’expression d’une sensibilité propre au sud de la France en général et au Quercy en particulier : l’affirmation intensive et sans complexe de la couleur et du matériau, un rappel occasionnel de l’esthétique médiévale, une certaine solennité qui se joue d’elle-même et que l’on n’aura pas de mal à retrouver devant les paysages environnants. Le tout aura été vécu de préférence dans la joie. » Luc Rigal, Cahors, 1999.

Spontanéité, confrontation et risque sont les maîtres-mots de cette déambulation aux multiples surprises : l’inattendu est la règle, avec toujours une certaine ironie, un jeu propre aux trois artistes, un imprévisible emprunté pour atteindre l’émotion.

Voilà une exposition majeure dans mon parcours qui devait marquer mon travail certes mais également ma façon d’aborder mes expositions et installations qui ont suivi, avec toujours les réactions du public aussi surprenantes que variées.

JM mai 2019